Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/362

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le plus du temps, par telle manière que nous ne pouvons en notre personne entendre ou vaquer à la disposition des besognes de notre royaume, la faculté et l’exercice de gouverner et ordonner la chose publique du dit royaume seront et demeureront, notre vie durant, à notre dit fils le roi Henry, avec le conseil des nobles et sages du dit royaume à nous obeissants, qui auront aimé l’honneur et profit du dit royaume, par ainsi que dès maintenant et dès lors en avant ils puissent icelle régir et gouverner par lui-même et par autres qu’il voudra députer avec le conseil des nobles et sages dessus dits à nous obéissants, qui auront aimé le profit et honneur du dit royaume, lesquelles faculté et exercice de gouverner ainsi étant par devers notre dit fils le roi Henry, il labourera affectueusement, diligemment et loyaument à ce qu’il puisse être à l’honneur de Dieu, de nous et de notre dite compagne, et aussi au bien du dit royaume, et à défendre et tranquiller, apaiser et gouverner icelui royaume selon l’exigence de justice et équité, avec le conseil et aide des grands seigneurs, barons et nobles du dit royaume.

» Item, que toute notre vie durant notre dit fais le roi Henry ne se nommera ou écrira aucunement, ou fera nommer ou écrire roi de France ; mais du dit nom de tous points s’abstiendra tant comme nous vivrons.

» Item, est accordé que nous, durant notre dite vie, nommerons, écrirons et appellerons notre dit fils le roi Henry, en langage et langue française, par cette manière : Notre très-cher fils Henry, roi d’Angleterre, héritier de France. Et en langue latine : Noster præcharissimus filius Henricus rex Anyliæ, hæres Franciæ.

» Afin que ces choses soient fermes et stables perpétuellement à toujours, nous avons fait mettre notre scel