Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/358

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bataille avait été. Et entre-temps que ses gens étaient occupés à dénuer et dévêtir ceux qui étaient morts, il appela le héraut du roi de France, roi d’armes, nommé Montjoie, et avec plusieurs autres hérauts anglais et français, et leur dit : « Nous n’avons pas fait cette occision ; ains a été Dieu tout-puissant, comme nous croyons, par les péchés des Français. » Et après leur demanda auquel la bataille devait être attribuée, à lui ou au roi de France. Et alors icelui Montjoie répondit au dit roi d’Angleterre qu’à lui devait être la victoire attribuée, et non au roi de France. Après icelui roi leur demanda le nom du châtel qu’il véoit assez près de lui, et ils répondirent qu’on le nommait Azincourt. « Et pour tant, ce dit-il, que toutes batailles doivent porter le nom de la plus prochaine forteresse, village ou ville où elles sont faites, celle-ci, dès maintenant et perdurablement, aura en nom la bataille d’Azincourt. »

Et après que les dits Anglais eurent été grand espace sur le champ dessus dit, voyant qu’ils étaient délivrés de tous leurs ennemis et aussi que la nuit approchait, s’en retournèrent tous ensemble en la ville de Maisoncelles, où ils avaient logé la nuit de devant ; et là se logèrent portants avecque eux plusieurs de leurs gens navrés.

Et après leur département, par nuit, aucuns Français étant entre les morts, navrés, se traînèrent par nuits, au mieux qu’ils purent, à un bois qui était assez près du dit champ, et là en mourut plusieurs ; les autres se retirèrent à aucuns villages et autres lieux où ils purent le mieux. Et le lendemain le dit roi d’Angleterre et ses Anglais se délogèrent très-matin de la dite ville de Maisoncelles, et atout leurs prisonniers derechef allèrent sur le champ ; et ce qu’ils trouvèrent des dits Français encore en vie les firent prisonniers ou il les occirent. Et puis de là pre-