Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/345

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cles ; l’évêque de Norwègue (Norwich), le comte d’Oxenford, maréchal, les comtes de Warwick [1] et de Kime, les seigneurs de Chamber, de Beaumont, de Villeby (Willoughby), de Trompantin, de Cornouaille, de Molquilat et plusieurs autres se logèrent où ils purent le mieux, et après assiégèrent très-puissamment la ville de Harfleur, qui était la clé sur la mer de toute la Normandie.

Et étaient en l’ost du roi environ six mille bassinets et vingt-quatre mille archers, sans les canonniers et autres usant de fonte et engins, dont ils avaient grande abondance. En laquelle ville de Harfleur étaient entrés avec ceux de la ville environ quatre cents hommes d’armes élus pour garder et défendre la dite ville, entre lesquels étaient le seigneur d’Estouteville, capitaine de la ville de par le roi, et plusieurs vaillants chevaliers et écuyers, résistant moult fort aux Anglais descendus à terre. Mais rien n’y valut pour la très-grand’multitude et puissance. Et à peine purent-ils rentrer en la dite ville, et ainçois (avant) que les dits Anglais descendissent à terre, iceux Français ôtèrent la chaussée étant entre Moutiervilliers (Montivilliers) et la dite ville, pour empirer la voie aux dits Anglais, et mirent les pierres en leur ville. Néanmoins les dits Anglais, vaguant par le pays, prirent et amenèrent plusieurs prisonniers et proies, et assirent leurs gros engins ès lieux plus convenables entour de la dite ville, et prestement icelle moult travaillèrent par grosses pierres et dommageant les murs.

D’autres parts, ceux de la dite ville moult fort se défendaient d’engins et d’arbalètes, occisants plusieurs des dits Anglais. Et sont à la dite ville tant seulement deux portes, c’est à savoir la porte Calcinences et la porte Moutiervilliers, par lesquelles ils faisaient souvent grands

  1. Richard Beauchamp, comte de Warwick, qui devint régent de France.