Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/341

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


APPENDICE.


EXTRAIT DES CHRONIQUES

D’ENGUERRAND DE MONSTRELET.

Comment le roy d’Angleterre assembla grand’puissance pour venir en France, et des ambassadeurs qui furent envoyés devers ledit roy, et la réponse qu’ils eurent.

En après, les ambassadeurs du roi d’Angleterre qui avaient été en France, comme dit est dessus, retournés vers lui, quand ils eurent fait la relation de la réponse qu’ils avaient eue du roi de France et de ceux de sa partie, lui ni ses princes n’en furent pas bien contents. Et pour ce assembla son grand conseil, pour sur icelle avoir avis et délibération. En la fin duquel conseil fut conclu qu’il assemblerait de tout son royaume la plus grand’puissance de gens de guerre que finer (trouver) pourrait sur intention d’entrer en France, et conquerre et travailler à son pouvoir le royaume, et tant faire, s’il pouvait, qu’il en débouterait le roi de France et ses successeurs… Lesquelles conclusions furent assez tôt divulguées à Paris et sues en l’hôtel du roi ; et pourtant le duc d’Aquitaine, qui avait pris le gouvernement du royaume