Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/294

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHARLES.

— L’avertissement est quelque peu soudain, mes maîtres ; — mais nous allons sur-le-champ nous préparer à les recevoir.


BOURGOGNE.

— Je compte que l’ombre de Talbot n’est pas là ; — maintenant qu’il a disparu, monseigneur, vous n’avez rien à craindre.


LA PUCELLE.

— De toutes les passions basses, la peur est la plus réprouvée. — Commande la victoire, Charles, elle est à toi, — dût Henry en écumer et l’univers s’en désoler.


CHARLES.

— En avant donc, messeigneurs, et que la France soit triomphante !

Ils sortent.



Scène XXIV.

[Devant Angers.]


Fanfare d’alarme. Mouvement de troupes. Entre la Pucelle.



LA PUCELLE.

— Le régent triomphe, et les Français fuient. — À l’aide donc, charmes magiques, périaptes, — et vous esprits d’élite qui m’avertissez, — et me signifiez les accidents à venir !

Tonnerre.

— Agiles serviteurs, ministres — de l’altier monarque du Nord, — apparaissez, et aidez-moi dans cette entreprise.


Entrent des démons.


— À cette prompte et leste apparition je reconnais — votre empressement accoutumé. — Maintenant, esprits familiers, évoqués entre tous — des puissantes régions