Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/284

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JOHN.

— Eh ! j’ai la gloire de votre nom ; dois-je l’outrager par ma fuite ?


TALBOT.

— L’ordre de ton père te lavera de cette tache.


JOHN.

— Vous ne pourrez, tué, me rendre témoignage. — Si la mort est si sûre, alors fuyons tous deux.


TALBOT.

— Que je laisse ici mes compagnons combattre et mourir ! — Jamais ma vieillesse ne fut souillée d’une telle honte.


JOHN.

— Et ma jeunesse serait coupable d’une telle vilenie ! — Je ne puis pas plus me détacher de votre côté — que vous ne pouvez vous-même vous partager en deux. — Restez, partez, faites ce que vous voudrez, je ferai de même. — Je ne veux pas vivre, si mon père meurt.


TALBOT.

— Eh bien, je prends congé de toi, cher fils, — radieux être né pour t’éclipser dans cette journée. — Viens, combattons ensemble et mourons côte à côte ; — et, l’âme avec l’âme, nous fuirons de France vers le ciel !

Ils sortent.



Scène XX.

[Le champ de bataille.]


Fanfares d’alarme. Escarmouches. Le fils de Talbot est enveloppé, et Talbot le délivre.



TALBOT.

— Saint Georges et victoire ! combattez, soldats, combattez ! — Le régent a manqué de parole à Talbot, — et