Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/252

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vez-vous, milord de Winchester, voir — mes soupirs et mes larmes, sans vous laissez toucher ! — Qui donc sera miséricordieux, si vous ne l’êtes pas ? — Oh ! qui s’occupera de préserver la paix, — si les saints hommes d’Église se plaisent aux querelles ?


WARWICK.

— Milord protecteur, cédez ; cédez, Winchester, — si vous ne voulez, par un refus obstiné, — tuer votre souverain et ruiner le royaume. — Vous voyez que de malheurs, que de meurtres même — ont été causés par votre inimitié. — Faites donc la paix, si vous n’avez pas soif de sang.


WINCHESTER, montrant Glocester.

— Il se soumettra ou je ne céderai jamais.


GLOCESTER.

— Ma compassion pour le roi me commande de fléchir ; — autrement, je verrais arracher le cœur de ce prêtre, — avant qu’il obtînt de moi cette concession.


WARWICK.

— Voyez, milord de Glocester, le duc — a banni la sombre furie du mécontentement ; — son front rasséréné l’annonce. — Pourquoi gardez-vous cet air farouche et tragique ?


GLOCESTER.

— Tiens, Winchester, je t’offre la main.


LE ROI HENRY.

— Fi ! mon oncle Beaufort : Je vous ai ouï prêcher que — la haine était un grand et grave péché : — voulez-vous donc ne pas pratiquer la leçon que vous enseignez, — et être au contraire le premier à l’enfreindre ?


WARWICK.

— Bon roi ! comme il gronde doucement l’évêque !… — Quelle honte, milord de Winchester ! rendez-vous. — Quoi ! faut-il qu’un enfant vous apprenne votre devoir !