Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/226

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tons royalement, — après cette splendide journée de victoire.

Fanfares : ils sortent.



Scène VI.

[Même lieu.]


La nuit est venue ; paraissent à la porte de la ville un Sergent français et deux sentinelles.



LE SERGENT.

— Camarades, prenez vos postes et soyez vigilants. — Si vous remarquez quelque bruit, quelque soldat — s’approchant des murailles, fais-nous-le savoir — au corps de garde par quelque signal éclatant.


PREMIÈRE SENTINELLE.

— C’est dit, sergent.

Le sergent se retire.

Ainsi les pauvres subalternes, — pendant que les autres dorment tranquillement dans leurs lits, — sont contraints de veiller dans les ténèbres, sous la pluie, par le froid.


Arrivent Talbot, Bedford, Bourgogne et des soldats portant des échelles : leurs tambours font entendre un sourd roulement.



TALBOT.

— Lord régent, et vous, Bourgogne redouté, — dont l’alliance nous rend amis — la contrée d’Artois, le pays wallon et la Picardie, — pendant cette nuit propice, les Français reposent en toute sécurité, — ayant bu et banqueté tout le jour. — Saisissons donc cette occasion pour châtier leur imposture, — qui n’a réussi que grâce à un art et à une sorcellerie sinistres.


BEDFORD.

— Ce couard de Français ! quel tort il fait à son nom,