Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/216

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GLOGESTER.

— Prêtre tondu, est-ce toi qui commandes qu’on me ferme les portes ?


WINCHESTER.

— C’est moi, ô perfide oppresseur — et non Protecteur du roi et du royaume.


GLOCESTER.

— Arrière, conspirateur éhonté, — toi qui as machiné le meurtre de notre feu roi, — toi qui donnes aux putains des indulgences pour leurs péchés. — Je te bernerai dans ton large chapeau de cardinal, — si tu persistes dans ton insolence.


WINCHESTER.

— Ah ! arrière toi-même ! je ne reculerai pas d’un pied. — Que ceci soit un autre Damas ; sois le Caïn maudit, — et tue ton frère Abel, si tu veux !


GLOCESTER.

— Je ne veux pas t’égorger, mais je te chasserai d’ici : — je t’emporterai de ces lieux — dans ta robe écarlate, comme un enfant dans ses langes.


WINCHESTER.

— Fais ce que tu voudras ; je te brave à ta barbe.


GLOCESTER.

— Eh quoi ! serai-je défié et bravé ainsi à ma barbe ? — Dégainez, mes gens, en dépit des priviléges de ce lieu : — habits bleus contre habits jaunes.

Glocester et ses gens attaquent le Cardinal.

Prêtre, gare à votre barbe, — je vais vous l’allonger, et vous houspiller solidement ! — Je foule aux pieds ton chapeau de cardinal ; — en dépit du pape et des dignités de l’Église, — je vais te secouer par les oreilles.


WINCHESTER.

— Glocester, tu répondras de ceci devant le pape.