Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il allié la race arabe à la race chrétienne, en mariant Othello à Desdemona, comme, en unissant Lorenzo à Jessica, il réconcilie la famille chrétienne avec la tribu juive.

Ainsi la tolérance du poëte est vaste comme l’humanité. Elle comprend dans sa large effusion tous les cultes, tous les dogmes, toutes les religions ; elle ne distingue pas entre les réprouvés, elle embrasse jusqu’aux maudits. Dans la cité de Shakespeare, il y a place pour la synagogue comme pour le monastère, pour le temple protestant, puritain, iconoclaste et nu comme pour l’église catholique, resplendissante de vitraux, de peintures, de statues et de châsses d’or, inondée de lumière, de musique et de parfums. À travers les rues, les avenues, les galeries, les cours et les promenades de cette métropole idéale, circulent les costumes de tous les pontificats, surplis, étoles, chasubles, aubes, dalmatiques, taleds, caftans et pelisses, bonnets carrés, mitres et turbans. Le prêtre s’y croise avec le ministre, le derviche avec le moine, le rabbin avec l’évêque, le cardinal avec le mufti. À perte de vue s’enchevêtrent tous les élans pétrifiés de la prière, tours carrées, dômes orientaux, flèches, clochers et minarets, et dans cet inaltérable azur, le croissant ne fait pas ombrage à la croix.

Hélas ! qu’il y avait loin de cette cité que rêvait Shakespeare à la ville qu’il voyait ! Avez-vous idée du lamentable spectacle que présentait vers la fin du seizième siècle la capitale de l’Angleterre ? À toutes les portes de l’enceinte extérieure, au coin de tous les carrefours, sur les façades monumentales des édifices publics, au front même de la résidence royale, étaient fixées des têtes coupées, tragiques mascarons sculptés par la hache du bourreau. — Le voyageur Hentzner raconte froidement qu’en 1598, « il compta sur le seul pont de Londres plus de trois cents têtes de personnes exécutées pour haute trahison. » Londres se