Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/160

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dores que tu m’offres ? — Viens ici, page. Demande en français à ce maraud — quel est son nom.


LE PAGE, au soldat.

Escoutez : comment estes-vous appellé ?


LE SOLDAT.

Monsieur le Fer.


LE PAGE, à Pistolet.

Il dit qu’il se nomme Maître Fer.


PISTOLET.

Maître Fer ! Eh bien, je vais le ferrer, le laminer, le marteler ! Rends-lui ça en français.


LE PAGE.

Je ne sais pas les mots français pour ferrer laminer, marteler.


PISTOLET.

Dis-lui de se préparer, car je vais lui couper la gorge.


LE SOLDAT.

Que dit-il, monsieur ?


LE PAGE.

Il me commande de vous dire que vous faites vous prest ; car ce soldat icy est disposé tout à cette heure de couper vostre gorge.


PISTOLET.

Ouy, couper gorge, par ma foy, manant ; — à moins que tu ne me donnes des écus, de beaux écus ; — sinon, tu seras mutilé par cette épée. —


LE SOLDAT.

Oh ! je vous supplie pour l’amour de Dieu me pardonner ! Je suis gentilhomme de bonne maison ; gardez ma vie, et je vous donneray deux cents escus.


PISTOLET.

Que dit-il ?


LE PAGE.

Il vous prie d’épargner sa vie : il est gentilhomme de