Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE ROI.

— Alors vous êtes supérieur au roi.


PISTOLET.

— Le roi est un beau coq, un cœur d’or, — un bon vivant, un rejeton de la gloire, — de bonne famille et de fort vaillant poignet. — Je baise sa sale semelle, et du plus profond de mon cœur — j’aime cet aimable bretteur. Quel est ton nom ?


LE ROI.

Henry le Roy.


PISTOLET.

Le Roy ! c’est un nom de Cornouailles. Es-tu de la bande de Cornouailles ?


LE ROI.

— Non, je suis Gallois.


PISTOLET.

Connais-tu Fluellen ?


LE ROI.

Oui.


PISTOLET.

— Dis-lui que je lui broierai son poireau sur son chef, — le jour de la Saint-David.


LE ROI.

Ne portez pas votre dague à votre chapeau ce jour-là, de peur qu’il ne la broie sur votre tête.


PISTOLET.

Serais-tu son ami ?


LE ROI.

Et de plus son cousin.


PISTOLET.

La peste soit de toi alors !


LE ROI.

Merci. Dieu vous assiste !


PISTOLET.

Mon nom est Pistolet.