Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/125

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais l’homme, qu’il reste libre, — et que le chanvre ne lui coupe pas le sifflet ! — Mais Exeter a prononcé la sentence de mort — pour un ciboire de mince valeur. — Va donc lui parler ; le duc entendra ta voix ; — que Bardolphe n’ait pas le fil de ses jours coupé — par une corde de deux sols, ignominie infâme ! — Parle en sa faveur, capitaine, et je te revaudrai cela. —


FLUELLEN.

Enseigne Pistolet, je comprends en partie votre pensée.


PISTOLET.

Alors réjouissez-vous-en.


FLUELLEN.

Certes, enseigne, il n’y a pas là de quoi se réjouir ; car, voyez-vous, quand il serait mon frère, je laisserais le duc suivre son pon plaisir et l’envoyer à l’exécution ; car la discipline doit être maintenue.


PISTOLET.

— Meurs donc et sois damné. Je fais la figue à ton amitié ! —


FLUELLEN.

C’est bien.


PISTOLET.

La figue espagnole (25).

Il sort.

FLUELLEN.

Très-bien !


GOWER.

Voilà certes un coquin fieffé ! Le fourbe ! je me le rappelle maintenant ; un maquereau, un coupeur de bourses !


FLUELLEN.

Je vous assure qu’il dépitait sur le pont les plus pelles paroles qu’on puisse voir un jour d’été. Mais c’est bon ; ce qu’il m’a dit, c’est bon… Je vous garantis, quand l’occasion se présentera…