Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/118

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène IX.

[Dans le palais de Rouen.]


Entrent Catherine et Alice.



CATHERINE.

Alice, tu as esté en Angleterre, et tu parles bien le language.


ALICE.

Un peu, madame.


CATHERINE.

Je te prie, m’enseignez ; il faut que j’apprenne à parler. Comment appelez-vous la main, en anglois ?


ALICE.

La main ? elle est appelée de hand.


CATHERINE.

De hand ? Et les doigts ?


ALICE.

Les doigts ? ma foy, je oublie les doigts ; mais je me souviendray. Les doigts ? Je pense qu’ils sont appelés de fingres, ouy, de fingres.


CATHERINE.

La main, de hand ; les doigts, de fingres. Je pense que je suis le bon escolier. J’ay gagné deux mots d’anglois vistement. Comment appelez-vous les ongles ?


ALICE.

Les ongles ? Les appelons de nails.


CATHERINE.

De nails. Escoutez ; dites-moy si je parle bien : de hand, de fingres, de nails.


ALICE.

C’est bien dit, madame ; il est fort bon anglois.


CATHERINE.

Dites-moi l’anglois pour le bras.