Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Veille à mes immeubles et à mes meubles. — Que le bon sens te guide. Le mot d’ordre est prenez et payez. — Ne fais crédit à personne : — car les serments sont des fétus, la foi des hommes n’est qu’un pain à cacheter, — et un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, mon canneton. — Ainsi, que Caveto soit ton conseiller. — Va, essuie tes cristaux… Compagnons d’armes, — en France ! et comme des sangsues, mes enfants, — suçons, suçons, suçons jusqu’au sang. —


LE PAGE.

Eh ! ça n’est qu’une nourriture malsaine, à ce qu’on dit.


PISTOLET.

Un baiser sur ses douces lèvres, et marchons.


BARDOLPHE.

Adieu, l’hôtesse.

Il embrasse mistress Quickly.

NYM.

Je ne puis baiser, moi : voilà la morale de la chose ; mais adieu.


PISTOLET.

Montre-toi bonne ménagère ; tiens ça bien clos, je te le commande.


MISTRESS QUICKLY.

Bon voyage ! adieu.

Ils sortent.



Scène VI.

[Le palais du roi de France, à Paris (18).]



LE ROI DE FRANCE.

— Ainsi l’Anglais arrive sur nous avec toutes ses forces. — Et il importe à nos plus chers intérêts — de riposter royalement dans notre défense. — Aussi les ducs