Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/75

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
75
77
SCÈNE II.


Troisième Valet.

Eh bien, seigneur, vous ne connaissez ni cabaret ni servante, — ni tous ces hommes que vous nommiez, — comme Stephen Sly et le vieux John Naps de Graisse, — et Péter Turf, et Henri Pimprenelle, — et une vingtaine d’autres individus de cet acabit — qui n’ont jamais existé et que personne n’a jamais vus.


Sly.

— Enfin, Dieu soit loué de mon rétablissement !


Tous.

— Amen !


Sly

— Je te remercie ; tu n’y perdras rien.

Entre le Page, habillé comme une femme de qualité, avec sa suite.

Le Page

— Comment se porte mon noble lord ?


Sly.

— Corbleu, fort bien ; car on fait ici assez bonne chère. Où est ma femme ?


Le Page.

— La voici, noble lord. Que veux-tu d’elle ?


Sly.

— Vous êtes ma femme et vous ne m’appelez pas votre mari ! — C’est bon pour mes gens de m’appeler milord ; je suis votre bon homme.


Le Page.

— Mon mari et milord, milord et mon mari ; — je suis votre femme en toute obéissance.


Sly.

— Je sais cela… Comment faut-il que je l’appelle ?


Le Lord.

— Madame.