Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
71
71
SCÈNE I.


Le Lord.

— Vous proposez-vous de rester avec moi ce soir ?


Deuxième Comédien

— S’il plaît à Votre Seigneurie d’accepter nos services.


Le Lord.

— De tout mon cœur,

Montrant le premier comédien.

Voilà un gaillard que je me rappelle — avoir vu jouer une fois le fils aîné d’un fermier ; — c’était dans une pièce où vous faisiez si bien la cour à la grande dame ; — j’ai oublié votre nom ; mais certainement, ce rôle — était habilement soutenu et joué avec naturel.


Premier Comédien

— C’est de Soto(4), je crois, que Votre Honneur veut parler.


Le Lord.

— C’est vrai, tu étais excellent… — Allons, vous êtes venus dans un bon moment ; — d’autant plus à propos que j’ai en projet un divertissement — où votre savoir faire pourra m’être d’un grand secours. — Il y a ici un lord qui veut vous voir jouer ce soir ; — mais je doute fort de votre retenue ; — je crains qu’en remarquant son maintien bizarre — car Sa Seigneurie n’a pas encore assisté à une représentation, — vous ne soyez pris de quelque fol accès de gaieté, — et que vous ne l’offensiez, car, je vous le déclare, messieurs, — pour peu qu’il vous voie sourire, il se fâche.


Premier Comédien

— Ne craignez rien, milord, nous saurons nous contenir, — fût-il le personnage le plus grotesque du monde.


Le Lord., à un valet.

— Va, drôle, conduis-les à l’office, et offre à chacun