Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/439

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DU MAINE.

Quand mes plaisanteries devraient retomber sur moi, je veux m’égayer.


LE ROI.

Hector n’était qu’un Troyen, comparé à celui-ci. (51)


BOYET.

Mais est-ce bien là Hector ?


DU MAINE.

Je crois qu’Hector n’était pas si bien charpenté.


LONGUEVILLE.

Il a la jambe trop grosse pour Hector.


DU MAINE.

Trop de mollet, à coup sûr !


BOYET.

Il eût bien fait de s’amincir un peu.


BIRON.

Ce ne peut pas être Hector.


DU MAINE.

C’est un dieu ou un peintre ; car il fait toutes sortes de mines.


ARMADO, déclamant.

L’armipotent Mars, tout-puissant de la lance,
A fait don à Hector…


DU MAINE.

D’une muscade dorée !


BIRON.

D’un citron…


LONGUEVILLE.

Garni de clous de girofle !


ARMADO.

Paix !

Reprenant.

L’armipotent Mars, tout-puissant de la lance,
A fait don à Hector, l’héritier d’Ilion,