Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/436

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qui est bien Vite en déroute ! Comme voisin, il est, sur ma parole, merveilleusement bon ; comme joueur de boules, il est excellent ; mais, comme Alisandre, hélas ! vous voyez ce qu’il est… un peu au-dessous de son rôle. Heureusement, il arrive d’autres Preux qui vont exprimer leur pensée d’une tout autre manière.


LA PRINCESSE.

Range-toi, bon Pompée.

Trogne se retire.


Entrent Holopherne armé, représentant Judas, et Phalène également armé, représentant Hercule.

HOLOPHERNE, montrant Phalène.

Ce nabot vous représente le grand Hercule,
Dont la massue tua Cerbère, le canis à triple tête,
Et qui, n’étant encore qu’un poupon, un enfant, un marmot,
Étranglait ainsi les serpents dans ses manus.
Quoniam, il apparaît ici dans sa minorité ;
Ergo, je viens avec cette apologie.

À Phalène.

Montre quelque majesté dans ton exit et évanouis-toi.

Sort Phalène.

HOLOPHERNE, déclamant.

Judas je suis…


DU MAINE.

Un Judas !


HOLOPHERNE, s’interrompant.

Non pas Iscariote, messire !

Reprenant.

Judas je suis, surnommée Machabée.


DU MAINE.

Un Judas mâche-abbés est un méchant Judas.


BIRON.

Un embrasseur fort traître… Comment es-tu devenu un Judas ?