Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/435

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Entre Nathaniel, armé et représentant Alexandre.

NATHANIEL.

Quand je vivais dans le monde, j’étais souverain du monde,
À l’est, à l’ouest, au nord, au sud je répandais ma force :: À l’est, à l’ouest, au nord, au sud je répandais maconquérante.
Mon écusson déclare nettement que je suis Alisandre…


BOYET.

— Votre nez dit que non, que vous ne l’êtes pas ; car il est trop droit.


BIRON, à Boyet.

— Et votre nez sent que non ! Chevalier vous avez le flair délicat.


LA PRINCESSE.

— Le conquérant est épouvanté !… Poursuis, bon Alexandre.


NATHANIEL, reprenant.

Quand je vivais dans le monde, j’étais souverain du monde.


BOYET.

— C’est, ma foi, vrai : vous l’étiez, Alisandre.


BIRON, faisant signe à Trogne.

— Grand Pompée !


TROGNE, s’inclinant.

Me voici ! Trogne pour vous servir !


BIRON.

Emmène le conquérant ; emmène Alisandre.


TROGNE, à Nathaniel.

Ô messire, vous avez causé la chute d’Alisandre le Conquérant ! Pour la peine, vous allez être dépouillé du costume bariolé. Votre lion a beau tenir sa masse d’armes assise sur une chaise percée (50), il n’a rien du héros à chyle. Un conquérant avoir peur de parler ! Par pudeur, esquive-toi, Alisandre.

Nathaniel se retire.

La !… c’est un doux imbécile, voyez-vous ! Un homme