Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/431

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


BIRON.

Et trois fois trois font neuf.


TROGNE.

— Non point, monsieur ; sauf correction, monsieur ; j’espère bien que cela n’est point. — Nous ne sommes pas idiots, monsieur, je puis vous l’assurer, monsieur ; — nous savons ce que nous savons. — J’espère bien, monsieur, que trois fois trois, monsieur…


BIRON.

Ne font pas neuf ? —


TROGNE.

Sauf correction, monsieur, nous savons combien ça fait.


BIRON.

— Par Jupin ! j’avais toujours cru que trois fois trois faisaient neuf.


TROGNE.

— Ô Seigneur ! monsieur, quel malheur pour vous, si vous étiez obligé de gagner votre vie à compter !


BIRON.

Combien donc cela fait-il ?


TROGNE.

Ô Seigneur, monsieur, les parties elles-mêmes, les acteurs vous montreront, monsieur, combien ça fait ; pour ma part, comme ils disent, je ne dois défigurer qu’un seul homme, et un pauvre homme encore : le grand Pompion, monsieur,


BIRON.

Serais-tu l’un des Preux ?


TROGNE.

Il m’ont jugé digne de Pompion le Grand ; pour ma part, je ne connais pas la qualité de ce Preux-là ; mais je dois tenir sa place.