Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/427

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

exprimés — par un simple oui de bure ou par un honnête non de serge. — Et, pour commencer, fillette, que Dieu m’assiste, là ! — j’ai pour toi un amour bien trempé, sans paille ni fêlure.


ROSALINE.

— Sans phrase, je vous en prie.


BIRON.

J’ai encore un accès — de mon ancien délire… Excusez-moi, je suis malade ; je m’en déferai par degrés… Patience, voyons !…

Montrant le Roi, Du Maine et Longueville.

— Mettez sur eux trois cet écriteau : Le Seigneur ait pitié de nous ! (47) — Ils sont infectés, jusqu’au fond du cœur ; — ils ont la peste et ils l’ont gagnée de vos yeux. — Ces seigneurs sont atteints du fléau ; et vous n’en êtes pas plus libres qu’eux, mesdames, — car je vois sur chacune de vous le signe du Seigneur.


LA PRINCESSE, montrant le joyau qu’elle porte.

— Ceux qui nous ont envoyé ces signes, en étaient bien libres !


BIRON.

— Nous nous désistons ; ne cherchez pas à nous ruiner.


ROSALINE.

— Nullement. Comment est-il possible — que vous vous désistiez, puisque vous êtes en instance ?


BIRON.

— Paix ! je ne veux pas avoir affaire à vous.


ROSALINE.

— Ni moi à vous, si je puis agir à ma guise…


BIRON.

— Messeigneurs, parlez pour vous-mêmes : mon esprit est à bout.