Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/413

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PHALENE.

Qui aient jamais tourné les yeux vers des mortels !
Ah ! ce…


BOYET.

C’est lui, ma foi, qui en a assez !


PHALÈNE.

Ah ! célestes esprits, accordez-nous la faveur
De ne pas regarder.


BIRON.

De regarder, chenapan !


PHALÈNE.

De regarder avec vos yeux profonds comme les mers…
Avec vos yeux profonds comme les mers…


BOYET.

— Elles ne répondront pas à cette épithète ; — vous feriez mieux de dire : Avec vos yeux profonds comme les filles.


PHALÈNE

— Elles ne m’écoutent pas et cela me déroute.


BIRON.

— Voilà donc ton infaillibilité ! Décampe, chenapan.

Phalène se retire.

ROSALINE.

— Que veulent ces étrangers ? Sachez leurs intentions, Boyet. — S’ils parlent notre langue, notre volonté est — que quelqu’un nous expose simplement leurs projets. — Sachez ce qu’ils veulent.


BOYET

— Que voulez-vous de la princesse ?


BIRON.

— Rien que la paix et une cordiale entrevue.


ROSALINE.

— Voyons, que veulent-ils ?