Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/391

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


TROGNE.

De don Adramadio ! don Adramadio !

Biron déchire la lettre.

LE ROI.

— Eh bien ! qu’as-tu donc ? Pourquoi déchires-tu cette lettre ?


BIRON.

— Une niaiserie, mon suzerain, une niaiserie ! Votre Grâce n’a pas d’inquiétude à avoir.


LONGUEVILLE.

— Elle lui a causé une vive émotion. Lisons-la donc !


DU MAINE, ramassant les morceaux.

— C’est l’écriture de Biron et voici son nom.


BIRON, à Trogne.

— Àh ! mauvais nigaud bâtard, tu étais né pour faire ma honte.

Au roi.

— Je suis coupable, monseigneur ! coupable ! J’avoue, j’avoue.


LE ROI.

— Quoi ?


BIRON.

Fou que je suis, je vous étais nécessaire, mes trois fous, pour faire la partie carrée. — Lui, lui, et vous, mon suzerain, et moi, — nous sommes des détrousseurs d’amour et nous méritons la mort. — Oh ! congédiez ces auditeurs, et je vous en dirai davantage.


DU MAINE.

À présent nous sommes en nombre pair…


BIRON.

C’est juste, nous sommes quatre. — Ces tourtereaux s’en iront-ils ?


LE ROI, à Jacquinette et à Trogne.

Allons, vous autres, partez !