Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/380

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

manquez l’accent. Laissez-moi examiner ce canzone… Le rhythme seul y est observé ; mais quant à l’élégance, quant à la facilité et à la cadence dorée de la poésie, caret. Ovidius Naso était l’homme pour cela. Et pourquoi en effet s’appelait-il Naso ? Justement parce qu’il savait flairer les fleurs odoriférantes de la fantaisie, les pétillements de l’invention. Imitari n’est rien : le chien se modèle sur son maître, le singe sur son gardien, le cheval caparaçonné sur son cavalier… Mais, virginale damosella, est-ce à vous que ceci est adressé ?


JACQUINETTE.

Oui, monsieur, de la part d’un certain don Armatho.


HOLOPHERNE.

Lançons un coup d’œil sur l’adresse : À la main blanche comme de la neige de la très-belle Dame Rosaline. Examinons de nouveau l’intellect de la lettre pour connaître la dénomination de la partie qui écrit à la personne ci-dessus : De Votre Grâce le tout dévoué serviteur, Biron. Messire Nathaniel, ce Biron est un des néophytes qui accompagnent le roi ; et il vient d’adresser à une suivante de la princesse étrangère une missive qui, accidentellement ou par voie de progression, a fait fausse route.

À Jacquinette.

Pars de ton pied léger, ma charmante ; remets ce papier entre les augustes mains du roi : il peut être de grande importance. Ne t’arrête pas aux compliments. Je te dispense de tes révérences. Adieu !


JACQUINETTE.

Bon Trogne, viens avec moi… Messire, Dieu conserve vosjours !


TROGNE.

Je suis à toi, ma fille.

Trogne et Jacquinette sortent.