Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/362

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PHALÈNE.

Quand l’oie sortit de la maison,
Et fit le nombre pair, en complétant quatre.

Maintenant je vais répéter vos prémisses et vous me suivrez, vous, avec mon envoi :

Le renard, le singe et le bourdon
Faisaient un nombre impair, n’étant que trois.


ARMADO.

Quand l’oie sortit de la maison,
Et fit le nombre pair, en complétant quatre.


PHALÈNE.

— Un envoi excellent qui se résume en une oie ! — Que pourriez-vous désirer mieux ?


TROGNE, montrant Armado.

— Le page lui a donné de l’oie, c’est clair…

À Armado.

— Seigneur, si l’oie est grasse, c’est tout à votre avantage. — Une oie grasse est un envoi fort succulent.


ARMADO.

— Voyons, voyons, comment cette dissertation a-t-elle commencé ?


PHALÈNE.

— Je parlais de cette étrange Trogne qui s’était écorché le tibia, — et c’est alors que vous avez demandé l’envoi.


TROGNE.

— C’est vrai, et moi j’ai demandé du plantain. Alors est venu votre argument ; — puis l’envoi succulent du page, cette oie qu’il vous a donnée ; — et l’affaire a été conclue là. —


ARMADO.

Mais, dites-moi, comment se fait-il qu’une trogne ait pu s’écorcher le tibia !