Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/360

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PHALÈNE.

Voilà un message bien assorti : un cheval ambassadeur d’un âne !


ARMADO.

Ah ! ah ! que dis-tu ?


PHALÊNE.

Je dis, monsieur, que vous feriez bien de mettre cet âne-là à cheval, car il a l’allure fort lente. Mais je pars.


ARMADO.

Le chemin n’est pas long. Vole !


PHALÈNE.

Aussi rapide que le plomb, monsieur.


ARMADO.

Que veux-tu dire, ingénieux mignon ? Est-ce que le plomb n’est pas un métal pesant, massif et lent ?


PHALÈNE.

Minime, honorable maître ; ou plutôt maître, point du tout.


ARMADO.

— Je dis que le plomb est lent.


PHALÈNE.

Vous parlez trop vite, monsieur. — Est-il lent le plomb que décharge un fusil ?


ARMADO.

— Charmante fumée de rhétorique ! — Il fait de moi le mousquet dont il est la balle. — Je tire sur le berger.


PHALÈNE.

Feu donc, et je file.

Il sort.

ARMADO.

— Ce jouvenceau est fort sagace : quelle volubilité ! quelle grâce ! — Excuse-moi, doux ciel, de te soupirer à la face — rude mélancolie, la vaillance te cède la place… — Voici mon héraut de retour.