Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/355

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


BOYET.

Et toutes ses plaisanteries ne sont que des mots.


LA PRINCESSE.

— Vous avez bien fait de ne pas lui laisser le dernier mot.


BOYET.

— J’étais aussi disposé à l’accrocher que lui à m’aborder.


MARIA.

— Colères de béliers qui se rencontrent !


BOYET.

Non, galères d’ennemis qui se heurtent ! — Je ne voudrais être bélier, doux agneau, qu’à condition de brouter sur vos lèvres.


MARIA.

— Vous le bélier et moi le pâturage ! La plaisanterie s’arrêtera-t-elle là ?


BOYET, essayant de l’embrasser.

— Oui, pourvu que vous m’accordiez la pâture.


MARIA, le repoussant.

Pas comme ça, gentille bête. — Mes lèvres ne sont pas devenues vaine pâture, si peu closes qu’elles soient.


BOYET.

— À qui appartiennent-elles ?


MARIA.

À ma fortune et à moi.


LA PRINCESSE.

— Les beaux esprits veulent toujours disputer ; mais voyons, restez d’accord, mes amis. — Vous ferez mieux de détourner cette guerre civile d’esprit — sur le roi de Navarre et ses bibliophiles ; ici elle est déplacée.


BOYET.

— Si ma pénétration, habile d’ordinaire — à déchif-