Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ROSALINE.

— N’ai-je pas dansé une fois avec vous en Brabant ?


BIRON.

— Je suis sûr que oui.


ROSALINE.

Combien il était inutile alors — de faire la question !


BIRON.

Vous le prenez trop vivement.


ROSALINE.

— C’est votre faute. Vous me provoquez avec de telles questions.


BIRON.

— Votre esprit a trop de fougue ; il court trop vite : il se fatiguera.


ROSALINE.

— Pas avant d’avoir jeté le cavalier dans la boue.


BIRON.

— Quelle heure est-il ?


ROSALINE.

— L’heure où les fous la demandent.


BIRON.

— Bonne chance à votre masque !


ROSALINE.

Belle chance à la face qu’il couvre !


BIRON.

— Le ciel vous envoie beaucoup d’amants !


ROSALINE.

Amen ! pourvu que vous n’en soyez pas un !


BIRON.

— Aucun danger ! je me retire.


LE ROI, à la princesse.

— Madame, votre père nous parle ici — d’un payement de cent mille écus — qui ne sont qu’une moitié de la somme — que mon père a déboursée pour lui dans ses