Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/338

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ARMADO.

J’ai promis d’étudier trois ans avec le roi.


PHALÈNE.

Vous pouvez faire la chose en une heure, monsieur.


ARMADO.

Impossible.


PHALÈNE.

Combien font trois fois un ?


ARMADO.

Je ne suis pas fort pour compter ; cela est bon pour un garçon de taverne.


PHALÈNE.

Vous êtes un gentilhomme et un joueur, monsieur.


ARMADO.

J’avoue l’un et l’autre : tous deux sont le vernis d’un homme complet.


PHALÈNE.

Alors, j’en suis sûr, vous savez combien font deux et as.


ARMADO.

Certainement : deux plus un.


PHALÈNE.

Ce que l’ignoble vulgaire nomme trois.


ARMADO.

Justement.


PHALÈNE.

Eh bien, monsieur, l’étude est-elle donc une chose si difficile ? Voilà déjà trois d’étudiés avant que vous ayez cligné de l’œil trois fois. Combien il est aisé d’ajouter les années au mot trois et d’étudier trois ans en deux mots, le cheval qui danse vous l’apprendra (32).


ARMADO.

Admirable calcul !