Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/320

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
322
322
TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN.


LE ROI, à Hélène.

— Faites-nous connaître de point en point cette histoire, — que la vérité tout unie s’épanche pour nous en plaisir !…

À Diana.

— Si tu es une fleur encore fraîche et immaculée, — fais choix d’un mari et je payerai ta dot : — car je peux deviner que, par ton précieux concours, — tu as sauve-gardé une épouse en te gardant vierge. — Cette aventure et toutes ses péripéties — seront éclaircies pour nous à loisir. — Jusqu’ici tout paraît bien ; et, si la conclusion est aussi heureuse, — les amertumes du passé auront fait valoir les douceurs de l’avenir.

Fanfares.

LE ROI, s’avançant vers les spectateurs.

Le roi n’est plus qu’un mendiant, la pièce une fois jouée.
Tout aura bien fini, si nous parvenons à obtenir
Que vous exprimiez votre satisfaction : en retour de quoi,
Nous ferons chaque jour de nouveaux efforts pour vous plaire…
À nous votre indulgence ! À vous notre défense !
Prêtez-nous vos mains gentilles et prenez nos cœurs.

Tous sortent.


FIN DE TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN.