Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/274

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
276
TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN.


PREMIER SEIGNEUR, se précipitant sur Paroles.

Throca movousus, cargo, cargo, cargo.


TOUS, s’élançant.

Cargo, cargo, villianda par corbo, cargo.


PAROLES.

Oh ! rançon ! rançon !

Les soldats l’empoignent et lui bandent les yeux.

Ne me couvrez pas les yeux !


PREMIER SOLDAT.

Boskos thromuldos boskos.


PAROLES.

— Je vois que vous êtes un régiment de muskos, — et je vais perdre la vie faute de savoir votre langue. — S’il y a ici un Allemand, un Danois, un Hollandais, — un Italien ou un Français, qu’il me parle ! — Je lui ferai des révélations qui perdront — les Florentins.


PREMIER SOLDAT.

Boskos vauvado. — Je te comprends et puis parler ta langue. — Kerelybonto. L’ami, — fais un appel suprême à ton Dieu, car dix-sept poignards — sont sur ton sein.


PAROLES.

Oh !


PREMIER SOLDAT.

Oh ! prie ! prie ! prie ! — Manka revania dulche.


PREMIER SEIGNEUR.

Oscorbi dulchos volivorca.


PREMIER SOLDAT.

— Le général consent à t’épargner encore ; — il va t’emmener, les yeux ainsi bandés, — pour recueillir tes renseignements ; peut-être pourras-tu, par une révélation — utile sauver ta vie.


PAROLES.

Oh ! laissez-moi vivre, — et je vous ferai connaître les