Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/242

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
244
TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN.

dier promptement ! L’autre, qu’elle est sur la terre, d’où Dieu veuille l’expédier promptement !

Entre Paroles.

PAROLES.

Soyez bénie, mon heureuse dame ?


HÉLÈNE.

Je compte, messire, que votre bon vouloir est acquis à mon bonheur.


PAROLES.

Vous avez mes vœux pour qu’il grandisse, et, pour

qu’il dure, mes vœux encore…

Au Clown.

Ah ! te voilà, mon drôle. Comment va ma vieille dame ?


LE CLOWN.

Pourvu que vous eussiez ses rides et moi son argent, je voudrais qu’elle fût comme vous dites.


PAROLES.

Hé ! je ne dis rien.


LE CLOWN.

Morbleu, vous n’en êtes que plus sage ; car maintes fois la langue d’un homme décide sa perte. Ne rien dire, ne rien faire, ne rien savoir, ne rien avoir, voilà la plus grande partie de vos qualités, qui sont à peu près l’équivalent de rien.


PAROLES.

Arrière ! tu es un manant.


LE CLOWN.

Vous auriez dû me dire : Tu es un manant en face d’un manant, c’est-à-dire un manant en face de moi : c’eût été la vérité, messire.


PAROLES.

Allons, tu es un fou madré : je t’ai découvert.