Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
22
22
LES COMÉDIES DE L’AMOUR.

senis, afin de mieux tromper le vieux Pantalon. »

Traduction libre à laquelle Hortensio, digne rival de Lucentio, réplique par cette explication non moins libre de la gamme :

« Gamme. Ut. Je suis l’ensemble de tous les accords,
A. . Unis pour déclarer la passion d’Hortensio.
B. Mi. Bianca, acceptez-le pour époux,
C. Fa. Lui qui vous aime en toute affection.
D. Sol, Ré. Pour une clef j’ai deux notes,
E. La, Mi. Ayez pitié ouje meurs ! »

Mais le changement le plus intéressant peut-être que le poète ait apporté à la composition primitive, c’est la conclusion inattendue par laquelle il a terminé l’aventure du dormeur éveillé.

Tout le monde a lu dans les Mille et une Nuits l’aventure de ce marchand de Bagdad, Abou Hassan, qui, après avoir été endormi avec un narcotique et transféré dans le sérail impérial par ordre du calife Haroun, se réveille un beau matin commandeur des croyants, ayant pour favorites des sultanes, pour ministre le grand vizir Giafar et l’Asie entière pour esclave, puis rendormi de nouveau et rapporté chez lui, se trouve marchand comme devant, après avoir régné comme dans un rêve.

Cette belle légende, que Galland nous a traduite, n’était pas parvenue directement à nos pères du moyen âge. Rapportée inexactement, dès le treizième siècle, par Marco Polo, qui attribue l’idée du calife Haroun au Vieux de la Montagne, elle avait fini, chose étrange, par prendre en Europe la consistance d’un fait historique. En France, le chroniqueur Goulard, sur l’autorité de l’écrivain latin Heuterus, avait raconté l’aventure comme s’étant effectivement passée à Bruxelles, en vertu d’un caprice souverain du duc de Bourgogne, Philippe le