Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Petruchio.

Quelle est-elle ?


Hortensio.

Qu’elle ne veut pas venir.


Petruchio.

— Tant pis pour moi, voilà tout.

Entre Catharina.

Baptista.

— Oui-dà, par Notre-Dame, voici Catharina !


Catharina.

— Quelle est ; votre volonté, seigneur, que vous m’envoyiez chercher ?


Petruchio.

— Où est votre sœur ? où est la femme d’Hortensio ?


Catharina.

— Elles causent dans le salon, assises près du feu.


Petruchio.

— Allez les chercher ; si elles refusent de venir, envoyez-les à leurs maris à grands coups de houssine. — Dehors, vous dis-je, et ramenez-les vite.

Catharina sort.

Lucentio.

— Si vous parlez miracles, en voici un.


Hortensio.

— C’en est un, en effet ; que peut présager ce prodige ?


Petruchio.

— Morbleu, c’est un présage de paix, d’amour, de vie tranquille, — de règle respectée et de légitime suprématie ; — en un mot, de toutes les jouissances et de tous les bonheurs..


Baptista.

— Que la prospérité soit ton partage, bon Petruchio !