Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vincentio.

Tu es son père ?


Le Pédagogue.

Oui, monsieur, si du moins, je puis en croire sa mère.


Petruchio, à Vincentio.

Eh bien, messire, que signifie ?… C’est une coquinerie fieffée d’usurper ainsi le nom d’un autre.


Le Pédagogue.

Empoignez ce drôle ; je le soupçonne de vouloir sous mon nom faire quelque dupe dans cette ville.

Biondello revient.

Biondello.

Je les ai vus tous deux dans l’église. Dieu les mène à bon port !… Mais que vois-je ? mon vieux maître Vincentio ! Ah ! nous sommes perdus, réduits à néant !


Vincentio, apercevant Biondello.

Viens ici, gibier de potence !


Biondello.

Je puis en prendre à mon aise, je suppose !


Vincentio.

Approche, chenapan ! M’as-tu donc oublié ?


Biondello.

Oublié ? non, monsieur ; je ne puis pas vous oublier, ne vous ayant jamais vu de ma vie.


Vincentio.

Comment, insigne coquin, tu n’as jamais vu le père de ton maître, Vincentio ?


Biondello.

Qui ? mon vieux, mon véritable vieux maître ? Si, morbleu, monsieur. Tenez, le voilà à la fenêtre.


Vincentio, le battant.

Ah ! vraiment ?