Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.

— Allons, Cateau, lavez-vous, et soyez la bienvenue, là, à cœur ouvert.

Frappant un valet qui a laissé tomber l’aiguière.

— Comment, misérable fils de garce ! tu la laisses tomber !


Catharina.

— Patience, je vous en prie ; c’est une faute involontaire.


Petruchio.

— Fils de putain ! tête de maillet ! coquin à longues oreilles !… — Allons, Cateau, asseyez-vous ; je sais que vous avez de l’appétit.

Ils se mettent à table.

— Voulez-vous dire les grâces, Cateau, ou bien les dirai-je ? — Qu’est ceci ? du mouton ?


Premier valet.

En effet.


Petruchio.

Qui l’a apporté ?


Premier valet.

Moi.


Petruchio.

— Il est brûlé, comme toute votre viande ! — Chiens que vous êtes !… Où est ce gueux de cuisinier ? — comment, maroufles, avez-vous osé apporté ça du fourneau, — et le servir ainsi, à moi qui ne l’aime pas ? — Allons, remportez cela, assiettes, verres et tout.

Il jette sur la scène tout ce qui est sur la table.

— Étourneaux ! butors ! manants malappris que vous êtes ! — Quoi, vous murmurez ! Je suis à vous tout à l’heure.


Catharina.

— Je vous en prie, cher mari, ne vous agitez pas ainsi. — Cette viande était bonne, si vous vous en étiez contenté.