Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/112

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Petruchio, la retenant.

— Un corsage ! Mes lèvres trouveraient vite le vôtre ! Allons, — revenez, bonne Cateau, je suis un gentilhomme.


Catharina.

C’est ce que je vais voir.

Elle lui donne un soufflet.

Petruchio.

— Je jure que je vous le rendrai, si vous recommencez.


Catharina.

— Vous y perdriez vos armes. — Si vous frappez une femme, vous n’êtes pas gentilhomme ; — et si vous n’êtes pas gentilhomme, les armes vous manqueront.


Petruchio.

— Seriez-vous un héraut, Catherine ? Oh ! alors mettez-moi dans votre armoriai.


Catharina.

— Quel est votre cimier ? une crête de coq ?


Petruchio.

— Un coq sans crête, pourvu que Cateau soit ma poule.


Catharina.

— Je ne veux pas de vous pour mon coq ; vous chantez trop comme un chapon.


Petruchio.

— Allons, Cateau, allons ; ne montrez pas tant d’aigreur.


Catharina.

— C’est mon air habituel devant un cornichon.


Petruchio.

— Il n’y a pas de cornichon ici ; renoncez donc à votre aigreur.


Catharina.

— Il y en a un, il y en a un.