Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CLÉOPÂTRE.

Est-ce qu’il n’était pas ici ?


CHARMION.

— Non, madame.


CLÉOPÂTRE.

— Il était disposé à la joie ; mais soudain — une idée romaine l’a frappé… Énobarbus !


ÉNOBARBUS.

— Madame !


CLÉOPATRE.

Cherchez-le et amenez-le ici… Où est Alexas ?


ALEXAS.

— Ici, madame, à vos ordres… Monseigneur arrive.


Entre Antoine, suivi d’un messager et de sa suite.

CLÉOPÂTRE.

— Nous ne voulons pas le voir : venez avec nous.

Sortent Cléopâtre, Énobarbus, Alexas, Iras, Charmion, le devin et la suite de la reine.

LE MESSAGER.

— Fulvie, ta femme, est entrée la première en campagne (3).


ANTOINE.

— Contre mon frère Lucius ?


LE MESSAGER.

— Oui ; mais cette guerre a vite pris fin, et la raison d’état — les a réconciliés et réunis contre César — dont le triomphe les a, — dès le premier choc, chassés d’Italie.


ANTOINE.

Eh bien, — quoi de pire ?


LE MESSAGER.

Toute mauvaise nouvelle empeste celui qui la dit.