Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE DEVIN.

— Vous aimerez plus que vous ne serez aimée. —


CHARMION.

J’aimerais mieux m’échauffer le foie à boire.


ALEXAS.

Voyons, écoutez-le.


CHARMION.

Allons, maintenant, quelque excellente aventure ! Que, dans une matinée, je sois l’épouse de trois rois, et leur veuve à tous ! Qu’à cinquante ans j’aie un fils à qui Hérode de Judée rende hommage ! Trouve-moi un moyen de me marier à Octave César, que je sois l’égale de ma maîtresse.


LE DEVIN.

— Vous survivrez à la dame que vous servez. —


CHARMION.

Ô excellent ! j’aime mieux une longue vie qu’un plat de figues.


LE DEVIN.

— Vous avez vu et traversé jusqu’ici une existence meilleure — que celle qui vous attend. —


CHARMION.

Alors il est probable que mes enfants n’auront pas de nom de famille. De grâce, combien dois-je avoir de garçons et de filles ?


LE DEVIN.

— Si chacun de vos désirs avait une matrice — et si chacun était fécond, vous en auriez un million.


CHARMION.

À d’autres, fou ! je te pardonne tes contes de sorcière.


ALEXAS, à Charmion.

Vous croyez que vos draps sont les seuls confidents de vos désirs.