Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/359

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— ne l’irritez pas davantage en murmurant contre sa volonté suprême. —

Sortent Capulet, lady Capulet, Pâris et frère Laurence (119).

PREMIER MUSICIEN.

Nous pouvons serrer nos flûtes et partir.


LA NOURRICE.

— Ah ! serrez-les, serrez-les, mes bons, mes honnêtes amis ; — car, comme vous voyez, la situation est lamentable. —


PREMIER MUSICIEN.

Oui, et je voudrais qu’on pût l’amender.

Sort la nourrice.


Entre Pierre (120).

PIERRE.

Musiciens ! Oh ! musiciens, vite Gaieté du cœur ! Gaieté du cœur ! Oh ! si vous voulez que je vive, jouez-moi Gaieté du cœur !


PREMIER MUSICIEN.

Et pourquoi Gaieté du cœur !


PIERRE.

Ô musiciens ! parce que mon cœur lui-même joue l’air de Mon cœur est triste. Ah ! jouez-moi quelque complainte joyeuse pour me consoler.


DEUXIÈME MUSICIEN.

Pas la moindre complainte ; ce n’est pas le moment de jouer à présent.


PIERRE.

Vous ne voulez pas, alors ?


LES MUSICIENS.

Non.


PIERRE.

Alors vous allez l’avoir solide.