Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/298

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Entrent la Nourrice et Pierre.

MERCUTIO.

Une voile ! une voile ! une voile !


BENVOLIO.

Deux voiles ! deux voiles ! une culotte et un jupon.


LA NOURRICE.

Pierre !


PIERRE.

Voilà !


LA NOURRICE.

Mon éventail, Pierre.


MERCUTIO.

Donne-le-lui, bon Pierre, qu’elle cache son visage, son éventail est moins laid.


LA NOURRICE.

Dieu vous donne le bonjour, mes gentilshommes !


MERCUTIO.

Dieu vous donne le bonsoir, ma gentille femme !


LA NOURRICE.

C’est donc déjà le soir ?


MERCUTIO.

Oui, déjà, je puis vous le dire, car l’index libertin du cadran est en érection sur midi.


LA NOURRICE.

Diantre de vous ! quel homme êtes-vous donc ?


ROMÉO.

Un mortel, gentille femme, que Dieu créa pour se faire injure à lui-même.


LA NOURRICE.

Bien répondu, sur ma parole ! Pour se faire injure à lui-même, a-t-il dit ?… Messieurs, quelqu’un de vous saurait-il m’indiquer où je puis trouver le jeune Roméo ?