Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHARMION.

— Très-beau, et convenable à une princesse, — extraite de la race de tant de rois !… — Ah ! soldats (33) !

Elle expire.


Entre Dolabella.

DOLABELLA.

— Que se passe-t-il ici ?


DEUXIÈME SOLDAT.

Toutes mortes !


DOLABELLA.

César, tes conjectures — viennent de se réaliser. Tu arrives — pour voir accompli l’acte redouté que tu — avais tant cherché à prévenir.


VOIX, au dehors.

Place, là ! Place à César !


Entrent César et sa suite.

DOLABELLA.

— Ah ! seigneur, vous étiez un trop infaillible augure : — ce que vous craigniez s’est accompli.


CÉSAR.

C’est une fin héroïque ! — Elle avait pénétré nos intentions, et, en vraie reine, — elle a tout décidé à sa guise… Comment sont-elles mortes ? — Je ne vois pas couler leur sang.


DOLABELLA.

Qui les a quittées le dernier ?


PREMIER GARDE.

— Un simple campagnard qui leur a apporté des figues : — voici son panier.


CÉSAR.

Ces figues étaient donc empoisonnées ?


PREMIER GARDE.

Ô César ! — Cette Charmion vivait, il n’y a qu’un moment ; elle était debout et parlait : — je l’ai trouvée