Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Encore un petit effort… — Les souhaits furent toujours des niaiseries… Oh ! viens, viens, viens.

Elle attire Antoine à elle et le tient embrassé.

— Sois le bienvenu, le bienvenu ! Meurs où tu as vécu, — et revis sous les baisers : si mes lèvres avaient le pouvoir de te ranimer, — je les userais ainsi !


TOUS.

Accablant spectacle !


ANTOINE.

— Je meurs, Égypte, je meurs : — donnez-moi du vin, que je puisse parler un peu !


CLÉOPÂTRE.

— Non, laisse-moi parler, laisse-moi proférer de telles invectives — que cette perfide ménagère, la Fortune, brise son rouet — de dépit.


ANTOINE.

Un seul mot, reine bien-aimée : — assurez auprès de César votre honneur et votre vie… Oh !


CLÉOPÂTRE.

— Ce sont deux choses inconciliables.


ANTOINE.

Charmante, écoutez-moi : — de tous ceux qui approchent César, ne vous fiez qu’à Proculéius.


CLÉOPÂTRE.

— Je me fierai à ma résolution et à mon bras, — jamais à quelqu’un qui approche César.


ANTOINE.

— Ne vous lamentez point pour la misérable mutation de ma fortune — à la fin de mes jours (29) ; mais charmez vos pensées — en les reportant sur les prospérités premières — où j’ai vécu, le plus puissant prince de l’univers — et le plus glorieux. Je meurs aujourd’hui, mais sans bassesse — et sans lâcheté : si je rends mon cimier, c’est — à un compatriote : Romain, par un Ro-