Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/213

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Scène XXXVI.


[Alexandrie. Devant un monument funéraire, percé de fenêtres dans sa partie supérieure.]


Cléopâtre, Charmion et Iras paraissent à la principale de ces fenêtres.

CLÉOPÂTRE.

— Ô Charmion, je ne sortirai jamais d’ici.


CHARMION.

— Consolez-vous, chère madame.


CLÉOPÂTRE.

Non, je ne veux pas ; — tous les événements étranges et terribles sont les bienvenus, — mais je méprise les consolations. Ma douleur, — pour être proportionnée à sa cause, doit être immense — comme elle.


Arrive Diomède.

CLÉOPÂTRE.

Eh bien ! est-il mort ?


DIOMÈDE.

— La mort est sur lui, mais il n’est pas mort ; — regardez aux abords de votre monument : ses gardes l’amènent.


Entre Antoine, porté par ses gardes.

CLÉOPÂTRE.

Ô soleil, — brûle la vaste sphère où tu te meus, et que les ténèbres couvrent — la face trop changeante du monde !… Ô Antoine ! — Antoine ! Antoine !… Charmion, — à l’aide ! à l’aide, Iras ; — à l’aide, vous, mes amis, là-bas. Montons-le jusqu’ici.