Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Scène XXV.


[Alexandrie. Dans le palais.]


Entrent Antoine, Cléopâtre, Énobarbus, Charmion, Iras, Alexas et autres.

ANTOINE.

— Il ne veut pas se battre avec moi, Domitius !


ÉNOBARBUS.

Non.


ANTOINE.

Pourquoi pas ?


ÉNOBARBUS.

— Il pense qu’étant vingt fois plus fortuné que vous, — il risquerait vingt contre un.


ANTOINE.

Demain, soldat, — je veux me battre sur terre et sur mer ; où je survivrai, — ou je donnerai à ma gloire mourante un bain de sang — qui la fera revivre. Es-tu prêt à bien te battre ?


ÉNOBARBUS.

— Je frapperai en criant : Pas de quartier !


ANTOINE.

Bien dit ! Allons ! — Qu’on appelle les gens de ma maison ! que cette nuit — il y ait profusion à notre banquet !


Entrent des serviteurs. Il leur tend successivement la main.

Donne-moi la main, toi, — tu as toujours été bien fidèle… Et toi aussi… — Et toi… Et toi… Vous m’avez bien servi, — et vous aviez des rois pour compagnons.