Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Entre le Messager.

ALEXAS.

Bonne Majesté, — Hérode de Judée n’ose jeter les yeux sur vous, — que quand vous êtes bien disposée.


CLÉOPÂTRE.

Je veux avoir la tête — de cet Hérode. Mais comment cela, maintenant que j’ai perdu Antoine — par qui j’aurais pu l’exiger ?… Approche.


LE MESSAGER.

— Très-gracieuse Majesté.


CLÉOPÂTRE.

As-tu aperçu — Octavie (14) ?


LE MESSAGER.

Oui, reine redoutée.


CLÉOPÂTRE.

Où ?


LE MESSAGER.

À Rome, madame. — Je l’ai regardée en face : je l’ai vue marcher — entre son frère et Marc-Antoine.


CLÉOPÂTRE.

— Est-elle aussi grande que moi ?


LE MESSAGER.

Non, madame.


CLÉOPÂTRE.

— L’as-tu entendue parler ? A-t-elle la voix perçante ou basse ?


LE MESSAGER.

— Madame, je l’ai entendue parler : sa voix est basse.


CLÉOPÂTRE.

— Cela n’a rien de si gracieux !… Elle ne peut lui plaire longtemps.


CHARMION.

— Lui plaire ? Ô Isis ! c’est impossible.