Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CÉSAR.

Non, chère Octavie, — vous aurez toujours de mes nouvelles ; jamais le temps — ne devancera ma pensée envolée vers vous.


ANTOINE.

Allons, seigneur, allons ! — je lutterai d’amour avec vous… — Tenez ! je vous embrasse !… Puis je vous laisse — et je vous donne aux dieux.


CÉSAR.

Au revoir : soyez heureux !


LÉPIDE, à Antoine.

— Que toute la pléiade des astres éclaire — ta voie radieuse !


CÉSAR.

Adieu ! adieu !

Il embrasse Octavie.

ANTOINE.

Adieu !

Fanfares. Ils sortent.



Scène XV.


[Alexandrie. Dans le palais.]


Entrent Cléopâtre, Charmion, Iras et Alexas.

CLÉOPÂTRE.

— Où est l’homme ?


ALEXAS.

Il est à moitié effrayé de venir.


CLÉOPÂTRE.

— Allons ! allons… Venez ici, monsieur.