Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/136

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ÉNOBARBUS.

Je louerai toujours qui me loue. Aussi bien, on ne peut nier ce que j’ai fait sur terre.


MÉNAS.

Ni ce que j’ai fait sur l’eau.


ÉNOBARBUS.

Si ; il y a quelque chose que vous pouvez nier pour votre sûreté même : vous avez été un grand bandit sur mer.


MÉNAS.

Et vous sur terre.


ÉNOBARBUS.

En ce cas, je nie mes services… Mais donnez-moi la main, Ménas. Si vos yeux avaient cette autorité, ils pourraient saisir ici deux bandits qui s’embrassent.

Ils se tendent la main.

MÉNAS.

Le visage d’un homme ne ment pas, quoi que fasse sa main.


ÉNOBABBUS.

En revanche, il n’est pas de jolies femmes dont le visage ne soit fourbe.


MÉNAS.

Il ne les calomnie pas : elles volent les cœurs.


ÉNOBABBUS.

Nous étions venus ici pour nous battre avec vous.


MÉNAS.

Pour ma part, je suis fâché que cela ait tourné en boissons. Aujourd’hui Pompée perd sa fortune à rire.


ÉNOBARBUS.

Si cela est, pour sûr il ne la regagnera pas à pleurer.


MÉNAS.

Vous l’avez dit, monsieur. Nous n’attendions pas