Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Entrent, d’un autre côté, César, Mécène et Agrippa.

ANTOINE.

— Si nous nous accordons bien ici, vite chez les Parthes ! — Vous entendez, Ventidius ?


CÉSAR.

Je ne sais pas, — Mécène ; demandez à Agrippa.


LÉPIDE.

Nobles amis, — le sujet qui nous réunit ici est d’une gravité suprême ; qu’une — cause chétive ne produise pas notre déchirement ; que les griefs, s’il en est, — soient écoutés avec douceur. Quand nous débattons — avec violence nos mesquins différends, nous commettons — le meurtre en pansant la blessure. Ainsi, nobles collègues, — je vous en conjure instamment, — touchez les points les plus amers avec les termes les plus doux, — et que l’emportement n’aggrave point le mal.


ANTOINE.

C’est bien parlé. — Nous serions à la tête de nos armées, et prêts à combattre, — que j’en agirais ainsi.


CÉSAR.

— Soyez le bienvenu à Rome.


ANTOINE.

Merci.


CÉSAR.

Asseyez-vous.


ANTOINE.

Asseyez-vous, monsieur !


CÉSAR.

Eh bien, voyons…

Ils s’assoient.

ANTOINE.

— J’apprends que vous trouvez mauvaises les choses